Home » Politics
Emmanuel Dongo : le Macron camerounais
Category :- Politics Author :- Arnaud kevin Ngano 
Posted on April 24, 2018, 10:47 am

Click to Enlarge!

Emmanuel Dongo

Lundi 16 avril 2018, il est plus de 13 heures 30 minutes. Le sous-préfet de Mintom Emmanuel Frédéric Dongo, ne cesse de recevoir chez lui, des habitants de sa circonscription administrative. Depuis le matin, il n’a pas eu de repos. Des plaintes liées aux problèmes de terre par ci, des soucis de santé ou de ménage par-là, la population de cet arrondissement du département du Dja et lobo, ne se contente pas de rencontrer des autorités que l’Etat met à leurs dispositions. Le sous-préfet est l’homme à tout résoudre.

Cet après-midi-là, alors qu’il  décide de se préparer enfin pour aller au bureau, une dame frappe violement à la porte de chez lui, en pleurant. Vêtue de « caba » du 8 mars 2018, elle se plaint d’avoir été bastonné par un monsieur de son quartier. En tant que promoteur et protecteur du genre, le sous-préfet Emmanuel Frédéric Dongo s’est senti obligé de descendre vérifier les faits. « Ces situations sont nombreuses, nous les rencontrons fréquemment. Mais nous sommes bien organiser pour les résoudre » souligne le chef terre. L’autorité administrative dit veiller à ce que les droits de l’enfant et de la femme soient respectés dans la localité de Mintom.

Nommé le 4 septembre 2017, Emmanuel Frédéric Dongo est le plus jeune sous-préfet que le Cameroun connait en ce moment. Né le 15 mai 1989 à Kribi, il fréquente l’école primaire appelée Paradi des anges jusqu’en 1998, année d’obtention du C.E.P.E. C’est au cours de cette même année que le petit Dongo réussit au concours d’entrée en 6e au collège de l’enseignement technique et moderne Saint Joseph de Kribi (CETM), où il obtient son Certificat d’Aptitude Primaire (CAP). Après avoir fait la seconde au collège la roche à Douala, il revient au CETM de Kribi pour faire les classes de Première et terminale sanctionnées par le Probatoire et Baccalauréat respectivement en 2004 et 2005. L’actuel sous-préfet de Mintom a donc obtenu son Baccalauréat à 16ans. Il va s’inscrire à la faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Yaoundé 2 Soa. Il y obtient la maitrise en 2009, et passe avec succès le concours d’entrée à l’école nation d’administration et de magistrature (ENAM).

Après sa formation, Emmanuel Frédéric Dongo commence à travailler en 2012 au ministère de l’administration territorial et de la décentralisation. Il part de là, en 2014, pour les services du gouverneur de la région du sud, où il est nommé chef de cabinet. Poste qu’il occupera jusqu’en septembre 2017. Agé de 29 ans seulement, Emmanuel Dongo croit connaitre Mintom, pour avoir travaillé longtemps dans la région du Sud. Et pour sa nomination, il continue à remercier sa hiérarchie pour la confiance qu’elle place en lui et ses aptitudes. A la question de savoir si les charges ne sont pas au-dessus de lui, l’administrateur affirme qu’ « il n’a pas le sentiment que les défis le dépassent, mais plutôt est-il motivé à donner le meilleur de lui ».

 L’arrondissement de Mintom « se porte bien », à en croire le jeune administrateur. « Il connait un calme sur toute l’étendue de son espace vital. Les populations vaquent paisiblement à leurs occupations. Les services publics fonctionnent normalement » ajoute-t-il. Emmanuel Dongo espère que pendant son séjour dans cette unité, la paix sociale va toujours régner et que les conditions de vie des populations vont s’améliorer davantage. Il a aussi pour ambition de revoir les conditions de vie du corps enseignant question de donner plus d’envie aux habitants de s’intéresser à l’école.

Les rapports entre ce jeune sous-préfet qui fait environ 1,72 mètre et les autres composantes de la société, sont teintés d’affection, étant donné qu’on le considère parfois comme un fils.

Tagged Keywords: Mintom, Sous Prefet, Emmanuel Dongo
Back to School Debate: “Lawyers went back to work, why are we holding on to schools?”
Ambazonian activists have argued that the quality of educati....
Page Views: 142
War and Environment: Lebialem’s Deserted Hometowns, Receding Frontiers of Civilization
“The houses are now level playing grounds for rats or snak....
Page Views: 328
Environmental Heritage: Kwanmkwala and Esuba (fufu and soup) From the Bakossi Highlands
The Bakossi land which covers most of the Kupe Muanenguba Di....
Page Views: 65
Sport/Découverte
Stéphane Pierre Jo KAMENDJE Jeune tennisman camerounais ch....
Page Views: 159
Affaire M. Jacques Yoki Onana et M. Ngum Gérard: Le journaliste Pharel Marcelin Ateba situe les faits de sa dénonciation
Le 9 juillet 2019, le journaliste Pharel Marcelin Ateba, en ....
Page Views: 116
___________________ ___________________