Home » Education
ENAM : l’école de tous les scandales
Category :- Education Author :- Arnaud Kévin Ngano 
Posted on March 3, 2018, 8:30 am

Après l’admission définitive d’un mort au concours d’entrée à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature, une affaire des copies de l’examen retrouvées entre les mains d’un jeune individu, éclabousse l’institution de renommée.

Click to Enlarge!

                                                                                                L'ENAM

Le 2 mars 2018. Une date à venir qui sonne comme un inévitable couperet dans la tête du jeune Minyem Mi Biyaga. C’est ce jour-là que l’affaire qui accable ce garçon de 25 ans, mis en délibéré pour jugement, sera rendu. Il est accusé d’être entré en possession des documents appartenant à l’administration,sans qualité ni autorisation. Une peine d’un mois à un an de prison prévue par l’article 189 du code pénal, le guète. L’accusé plaide non coupable.

2 février 2018, nous sommes un vendredi. Minyem Mi Biyaga est devant la barre au tribunal de première instance de Yaoundé, centre administratif. Le Procureur de la République explique que le 18 juin 2016, le prévenu est entré en possession des copies non corrigées du concours d’entrée à l’ENAM session de 2014. Le Procureur précise que puisque les copies appartiennent à l’administration, les éléments de preuve sont suffisants pour que le prévenu présente sa défense. Une défense assurée par Maitre Emmanuel Simh.

Prenant la parole, le prévenu affirme qu’il était effectivement candidat au concours d’entrée à l’école nationale d’administration et de magistrature, division régie financière, section trésor session de juin 2016. Ce jour-là, après la première épreuve de culture générale, il déambulait dans les couloirs en attendant la deuxième épreuve, lorsqu’il est attiré par un lot de copies abandonnées. Il constate, dit-il, qu’il s’agit de copies anonymes pour certaines et d’autres portant des noms, mais toutes non corrigées, des sessions de 2012 et 2014. Minyem Mi Biyaga dit donc qu’il a ramassé les copies et saisit le Directeur de l’ENAM qui refuse de le recevoir non sans le mépriser. Sa tentative de dénoncer les faits chez le ministre de la fonction publique s’est avéré vaine. Le secrétaire particulier de ce ministère lui ayant demandé de s’y rendre à 19h30 minutes, avec toutes les copies. Plutôt son insistance à vouloir rencontrer le ministre mais à une heure raisonnable, va être arrêté et enfermé dans une salle pendant trois heures avant d’être conduit en cellule dans un commissariat. Ici, déclare-t-il, Minyem va passer un mois de garde à vue et subira toute sorte de menaces. Il conclut son exposé en affirmant qu’après avoir été libéré, il va passer devant un juge d’instruction qui rendra une ordonnance de renvoi contre lui.Ce récit fort expressif, ne va pas pousser le Procureur à changer d’avis. Ce dernier va lors de ses réquisitions demander au tribunal de déclarer le prévenu coupable des faits qui lui sont reprochés.

C’est en ce moment que l’avocat entre en scène. Me Emmanuel Simh va donner des arguments pour prouver que la place de son client n’est pas derrière ce box. Selon lui son client devait être décoré par le Président de la République pour son courage, si on était dans un pays normal. Il estime que c’est un procès de la honte tant pour l’ENAM que pour le Cameroun.« Sur le plan purement juridique, les éléments tant matériels que légaux manquent dans ce dossier » constate Me Simh. Il plaide par la suite que son client avait bel et bien qualité, puisqu’en tant que candidat, il avait intérêt à s’assurer que toutes les copies seraient corrigées à la session à laquelle il prenait part. L’argument de l’absence d’autorisation ne tient pas selon la défense, dans la mesure où, les copie apparaissaient comme des brouillons abandonnés et jetés.  Me Emmanuel Simh soutient qu’une épreuve est la propriété exclusive de son auteur en ce qu’il constitue une œuvre de l’esprit sur lequel le candidat a un droit d’auteur. Il a achevé sa plaidoirie en demandant la relaxation pure et simple du prévenu.

 

Tagged Keywords: Cameroun, Administration, Enam
Back to School Debate: “Lawyers went back to work, why are we holding on to schools?”
Ambazonian activists have argued that the quality of educati....
Page Views: 142
War and Environment: Lebialem’s Deserted Hometowns, Receding Frontiers of Civilization
“The houses are now level playing grounds for rats or snak....
Page Views: 328
Environmental Heritage: Kwanmkwala and Esuba (fufu and soup) From the Bakossi Highlands
The Bakossi land which covers most of the Kupe Muanenguba Di....
Page Views: 65
Sport/Découverte
Stéphane Pierre Jo KAMENDJE Jeune tennisman camerounais ch....
Page Views: 159
Affaire M. Jacques Yoki Onana et M. Ngum Gérard: Le journaliste Pharel Marcelin Ateba situe les faits de sa dénonciation
Le 9 juillet 2019, le journaliste Pharel Marcelin Ateba, en ....
Page Views: 116
___________________ ___________________